|
|
|
Légendes
|
|
|
Légendes

Légendes

Benjamin Vasset
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Share on whatsapp

Ça y est, la reine est enterrée. Ce n’est pas qu’on ne pouvait pas la voir, cette brave femme, c’est juste que notre anglophilie n’était pas assez développée pour qu’on se passionne de ces adieux en  mondovision. À voir, lundi, le rituel cintré et tellement suranné de ces funérailles royales, on s’est d’ailleurs dit que la monarchie pouvait bien mourir avec le XXe siècle, cela ne nous empêcherait pas de dormir. Biberonné à la religion républicaine, nous n’éprouvons aucune piété à voir se refermer l’une des nombreuses pages du trop grand livre des rois, lequel mériterait d’être un peu dépoussiéré et/ou rangé une bonne fois pour toute dans la malle du grenier.

Oui mais voilà, pour certains, Elisabeth II était plus qu’une reine sans pouvoir : elle était une figure, une légende. Quand certains y sont indifférents, d’autres sont déférents : c’est ainsi que va le monde, chacun rangeant ses propres idoles dans son panthéon personnel. Personnellement, notre icône ne régnait sur aucun autre empire que celui du sport. Jeudi dernier, Roger Federer a annoncé à 41 ans sa retraite sportive après plus de vingt ans de carrière et 103 tournois gagnés. A priori, il devrait rester debout pendant quelques années encore, mais pour nous, c’est comme s’il était mort la semaine dernière : il ne fera plus jamais virevolter les balles et sa raquette devant nos yeux ébahis. Comme aucun autre sportif avant lui, Roger Federer aura incarné, dans sa discipline, la perfection du geste. Un après-midi des années 2000, on s’était pris de passion pour ce garçon qui créait en direct une symphonie là où les autres tentaient péniblement d’accorder leurs violons. On a alors suivi toute sa carrière, hurlé quand il triomphait, pleuré quand il chutait, et c’est ainsi qu’il nous a accompagné au loin, sans le savoir, dans notre vie d’Homme. Si la disparition d’Elisabeth II ne m’a rien fait, la petite mort de Roger Federer m’a chaviré. À chacun ses légendes. God Save the King.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Christelle Clairville : Beaux arts des îles
Originaire de Guadeloupe et habitante orléanaise, cette jeune trentenaire a...
Jeanne, version Natasha
Jeanne, le nouvel album de Natasha Saint-Pier, est composé de...
« Je suis fou de cette ville ! »
À l’occasion de la sortie du film Une comédie romantique,...
Événements de la semaine
13
Mar
11
Mar
Saint-Jean-de-la-Ruelle Médiathèque Anna-Marly puis dans tous les quartiers de la ville
#
11
Mar
Orléans – Palais de Justice – 44, rue de la Bretonnerie
#
14
Oct
Orléans – Théâtre Gérard Philipe
à 15 h
11
Oct
Orléans – Salle de l’institut
à 10 h 45
ARTICLES RÉCENTS