|
|
|
Les enclos dans le viseur
|
|
|
Les enclos dans le viseur

Les enclos dans le viseur

Le 16 novembre dernier, le député François Cormier-Bouligeon a déposé au Parlement une nouvelle proposition de loi contre l’engrillagement de la Sologne. Le texte propose notamment une redéfinition de l’enclos de chasse.
Laurence Boléat
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Verra-t-on, avant la fin du quinquennat Macron, l’interdiction de chasser les cervidés et les sangliers en enclos, grâce à une proposition de loi déposée le 16 novembre dernier par le député LREM du Cher, François Cormier-
Bouligeon ? C’est aujourd’hui dans le domaine du possible. Concocté avec l’expertise et les nombreux témoignages des associations, dont ceux des Amis des Chemins de Sologne, actifs lanceurs d’alerte sur le sujet depuis plus de deux décennies, 80 députés ont co-signé le texte. La proposition de loi vise à lutter contre l’engrillagement des forêts françaises, s’appuyant avec force sur l’état des lieux de la Sologne et ses 4 000 kilomètres de balafres. « La fierté des Solognots s’est muée au fil des années en incompréhension, puis en colère », précise en préambule le texte n° 4684 déposé à l’Assemblée. Les deux premiers chapitres de cette proposition de loi stipulent qu’un enclos est (re)défini comme tout territoire délimité par une clôture, et qu’une clôture est définie comme tout obstacle artificiel linéaire, constant ou non, empêchant le passage de gibier à poils. Cette notion de « constant ou non » est évidemment la clef : elle évitera qu’un propriétaire chasseur contourne éventuellement l’esprit de la loi en grillageant partiellement son territoire. 

Haro sur les clôtures

Comme chez nos voisins wallons, cette proposition de loi veut inciter au démantèlement des clôtures et stopper un phénomène qui se propage à l’ensemble du territoire solognot et à d’autres régions comme la Normandie, la Sarthe, la Picardie, les Landes et la Brenne. Outre le fait que les clôtures menacent les animaux, enlaidissent le paysage et sapent le moral des habitants soucieux de leur patrimoine naturel, elles déshonorent aussi – selon certains chasseurs même – l’éthique de la chasse, déjà suffisamment malmenée. Elles bouleversent aussi la biodiversité et l’écosystème en impactant les naissances de toute une faune sauvage, détruisant la flore et empêchant la régénération forestière. Faisant aussi peser un risque génétique et sanitaire grave, elles provoqueraient une catastrophe écologique supplémentaire en cas d’incendie. Tout cela a été consigné dans un rapport que deux ingénieurs ont remis en 2019 à François de Rugy, alors ministre de l’Écologie.

Le chemin législatif à parcourir est encore long, mais la Sologne pourrait peut-être bientôt s’enorgueillir d’avoir rendu une partie de sa noblesse à l’art cynégétique. Ce serait un juste retour des choses pour cet espace naturel si réputé. Lors d’une manifestation en Sologne hostile à l’aliénation d’un chemin communal à des fins privées et son corollaire qu’est l’engrillagement, un jeune homme avait crié dans la foule : « Ils veulent nous laisser sur la route et nous enfermer dans des couloirs ! » Chacun de leur côté, promeneurs et bêtes sauvages… Même combat !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Christophe Liony, médecin des âmes : le nouveau curé de la paroisse Saint-Vincent à Orléans
Depuis la rentrée, la paroisse Saint-Vincent à Orléans compte un...
Fool System célèbre ses 10 ans d’existence avec la sortie de son dernier album de rock franc « L’Heure bleue » – un succès pour le groupe Orléanais
Le groupe orléanais Fool System célèbre ses dix ans d’existence...
Réouverture du Théâtre Gérard-Philipe après des travaux de rénovation – Amélioration de l’isolation, de l’accès et de la sécurité à La Source
Au terme de trois mois de fermeture et de travaux...