Les masques et la plume

L’épidémie, le confinement, pas plus que les masques obligatoires n’ont réussi à doucher leur enthousiasme. Au printemps, deux nouvelles librairies ont ouvert à Tours, aux offres originales. L’une est aussi un café, l’autre une cave à vins. Dans un contexte particulier, elles se familiarisent avec une clientèle curieuse.
Florian mons

La Vagabonde, rue Bernard Palissy

« C’était presque une évidence » résume Brigitte Desbois, ex-consultante RH et désormais libraire, qui a ouvert La Vagabonde le 2 juin dernier. Passionnée de littérature, cette tourangelle qui « connaît bien la ville et les Tourangeaux » avoue toutefois que « le livre, c’est un peu un prétexte aux relations avec les gens ». Car de cette librairie, dont Brigitte souhaite qu’elle se démarque des formules classiques, elle et son fils Jules entendent bien faire un lieu de vie, avec expos, concerts intimes, découvertes de nouveaux éditeurs et d’une littérature engagée, et, bien sûr, rencontre avec les auteurs. « Nous accueillerons Lola Lafon en octobre » annonce Brigitte. « Leslie Bedos est passée, il est probable que l’on se revoie… » Ça commence fort. Sans compter que des clubs de lecture se sont déjà constitués et les libraires prévoient d’organiser très bientôt des ateliers d’écriture. « Nous avons déjà des habitués » se réjouit Brigitte. Parmi eux, il y a Margot, une jeune voisine, aujourd’hui attablée avec Francis Scott Fitzgerald, mais qui vient d’ordinaire avec sa colloc’ profiter de la terrasse, dans la petite cour intérieure. Tout est prévu en effet pour accompagner les découvertes littéraires : cafés torréfiés à Azay-le-Rideau, jus de fruits des Vergers de la Manse, pâtisseries de Quand Julie pâtisse du jardin des Prébendes, thés variés et exotiques…

Les Saisons, rue des Cordeliers

Encore plus roborative, la librairie-cave Les saisons, ouverte en mai rue des Cordeliers par les vignerons Jean-Martin Dutour et Christophe Baudry, producteurs de vins de Chinon. Inspirés par la librairie amie et homonyme de La Rochelle, ils vendent ici leurs vins, proposent une quinzaine de références telles que le Château de la Grille, le Domaine de Roncé ou le Château de Saint-Louans. Mais surtout, c’est de gastronomie dont il est question ici, dans tous ses genres et sous toutes ses formes littéraires. Des Nourritures terrestres de Gide au Sacré gueuleton de Jim Harrison, en passant par les essais sociologiques tels que Les Imaginaires de la gastronomie, ou historiques, consacrés à la cuisine dans l’Antiquité, sans oublier la bande dessinée, très portée sur la viticulture depuis quelques années, on aura ici de quoi parfaire ses connaissance et aiguiser son appétit. D’autant que le curieux pourra aussi bénéficier des lumières de Chloé Lucidarme, animatrice du lieu et titulaire d’un doctorat en littérature américaine, qui réoriente un peu ici son cursus. Chloé saura vous enthousiasmer sur ses coups de cœurs comme Les délices de Tokyo, de Durian Sukegawa, un roman « très poétique » où il est question de crème de haricots rouges. À noter également, comme symbole de cette proximité entre les nourritures terrestres et littéraires, ce coffret, intitulé 50 nuances de gras, qui propose quatre pâtés accompagnés de nouvelles. Notons enfin que Les saisons ferment à 20h, pour ne pas arriver les mains vides à une invitation à dîner. λ

 
Plus d’infos :
Facebook : Librairie café La vagabonde
Les Saison Tours

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES ARTICLES A LIRE
Blagues à Part : un éclat de rire bienvenu
Pour sa première édition, le festival Blagues à Part réunit...
L’UTBM bien dans son basket !
Après avoir magnifiquement lancé leur saison en battant Pau-Orthez, club...
Ensemble, nouvelle agence immobilière en ligne sur Tours
En plafonnant leurs honoraires à 5 % ou 6 000 € maximum et...