|
|
C’est la Puzzle Mania à Orléans !
|
|
C’est la Puzzle Mania à Orléans !

C’est la Puzzle Mania à Orléans !

Le premier confinement de 2020 a nettement fait augmenter les ventes de jeux et loisirs destinés au foyer. Pour ceux qui ne sont pas aux pièces (donc peu pressés), il y a bien évidemment les puzzles, un objet dont le look s’est considérablement modernisé et diversifié ces dernières années... y compris sur le territoire orléanais !
Ambre Blanes
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Share on whatsapp

Il est loin le temps des scènes « kitsch » où le loup côtoyait la pleine lune et la cascade d’eau dans un paysage de nature préservée… Aujourd’hui, les puzzles sont en 2D ou 3D, reprennent des œuvres d’art célèbres, flirtent avec les peintures abstraites ou surfent sur les licences cinématographiques. Mais surtout : ils dépassent le cadre strict du loisir pour devenir branchés. 

Méline a 24 ans et vit à Olivet. Aussi loin qu’elle se souvienne, elle a toujours aimé faire des puzzles, avec une préférence pour les motifs Disney et les paysages. Elle en a fait plus d’une centaine, à raison d’un peu tous les soirs, par période. Lorsqu’ils sont terminés, elle les encadre ou les défait. « D’après ma mère, quand j’étais petite, je trouvais les puzzles trop faciles, du coup j’en prenais plusieurs et je mélangeais les pièces de 2-3 puzzles de 10 à 20 pièces, raconte-t-elle. J’aime chercher et trouver les pièces et le plaisir de voir le puzzle terminé ». L’artiste peintre orléanaise Bulle Derouette est aussi tombée dans la boîte à puzzle lors du premier confinement. « Je n’avais jamais trop aimé ça, mais je me souviens que lorsque, gamine, je visitais mon grand-père, il y en avait des énormes sur les tables », confie-t-elle. Community manager pour le magasin Eurêka, elle a ramené chez elle des puzzles qui ont su séduire son conjoint, son fils et même sa sœur. Attirée par les scènes colorées ou ceux mettant en scène des femmes artistes, Bulle s’est acheté un trieur (en forme de pièce de puzzle) chez Ravensburger, bien utile pour organiser son triage par couleurs. « Le soir, quand il ne fait pas beau et que j’ai fini de bosser, c’est mon moment de déconnexion. Avec un petit verre de vin, ça me détend », concède celle qui a même fini par créer son propre puzzle à l’effigie d’une de ses peintures (notre photo) via un site de personnalisation de puzzles. 

Un puzzle made in Orléans !

Si le puzzle a toujours su séduire les aficionados et les collectionneurs, il capte aujourd’hui un public plus large, confirme Rodolphe Vergne, gérant de la boutique de jeux Eurêka : « Nous n’avons pas attendu la pandémie pour vendre des puzzles, mais il est vrai que le marché a changé avec le Covid, dit-il. Tous les fournisseurs se sont mis à fabriquer du puzzle et la demande était au rendez-vous, de sorte que nous en avons référencé beaucoup plus que d’habitude au magasin : on a d’ailleurs doublé le rayon ! Je ne sais pas si c’est un phénomène national ou une tendance, à voir… »

Un Orléanais, Jean-Baptiste Viot, a même fait du puzzle un business. Après avoir quitté son travail dans la presse parisienne en avril 2020 et être revenu dans la cité johannique, il a eu l’idée de lancer sa propre petite maison d’édition de puzzles. « En me rapprochant de prestataires et d’artistes, j’ai compris que c’était viable d’un point de vue économique », raconte le jeune homme, qui a sorti à l’automne 2020 cinq modèles de 1 000 pièces (édités en 500 exemplaires chacun). Grâce aux retombées presse, ses 2 500 puzzles ont été vendus en moins de trois mois. De nouveaux modèles ont été mis en vente en janvier, mars et mai 2021, et l’automne verra arriver neuf nouveaux designs, cette fois limités à 600 exemplaires. Au printemps, Sulo*, son entreprise d’édition, a en outre lancé un puzzle solidaire dont les fonds ont été reversés à l’association La Maison des femmes de Saint-Denis (93) : La Luna Rossa. Réalisés par Sophie Dherbecourt et composé de 500 pièces, les 300 exemplaires ont été vendus dans la journée… Ce concept devrait d’ailleurs être repris une fois par an à destination de différentes associations. 

Sulo (un mot japonais signifiant “lenteur”) propose ainsi des puzzles éditions limitées uniquement. Chaque visuel est réalisé par un artiste (français, coréen, japonais, américain, espagnol…) pour une création exclusive. « J’essaye de rémunérer l’artiste de façon juste et je respecte la parité », précise Jean-Baptiste Viot, qui considère Sulo comme une réelle maison d’édition donnant carte blanche aux artistes, avec pour seules contraintes le format du puzzle et la nécessité d’ajouter de la texture ainsi que des détails, pour que le rendu soit ludique et pas trop compliqué à faire. Imprimés à Nancy, ses puzzles sont découpés dans une usine dans l’Aube, puis dispatchés et envoyés depuis Orléans, d’où Jean-Baptiste manage son activité et son stock. Il a vocation à y rester et à diversifier l’activité pour la pérenniser. « D’autres marques ont émergé peu de temps après Sulo, témoignant d’un engouement général, bien qu’il y ait très peu d’usines de fabrication de puzzles en France… Voyons si le marché tient la route ou si c’est un objet à la mode », poursuit l’entrepreneur.

Soit, mais tout le monde s’accorde en tout cas à dire que les puzzles sont un bon exercice pour la mémoire et permettent de lutter contre les effets du stress. D’ailleurs, selon une étude clinique de l’université d’Ulm (Allemagne) faite en collaboration indépendante avec la société éditrice de puzzles Ravensburger, faire un puzzle mobilise de nombreuses capacités cognitives et peut contribuer à les conserver jusqu’à un âge avancé. Alors… à vos casse-têtes !

*Les puzzles de Sulo sont à retrouver au magasin Le Renouveau (en lieu et place du Nouveau Magasin) ou en click & collect. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Le Vacci’Drive de Fleury revoit sa copie, le Pass Sanitaire s’installe dans la métropole
Pris d’assaut depuis les annonces d’Emmanuel Macron en début de...
Les Chaises changent de visage
Une page se tourne aux Chaises. Avec, pour Valloire Habitat, propriétaire de...
Pascal Giry Vivre et courir
Depuis ses deux ans, cet électricien vit à Fleury-les-Aubrais et...
Événements de la semaine
13
Mar
11
Mar
Saint-Jean-de-la-Ruelle Médiathèque Anna-Marly puis dans tous les quartiers de la ville
#
11
Mar
Orléans – Palais de Justice – 44, rue de la Bretonnerie
#
14
Oct
Orléans – Théâtre Gérard Philipe
à 15 h
11
Oct
Orléans – Salle de l’institut
à 10 h 45
ARTICLES RÉCENTS