|
|
|
Ainsi soignent-ils
|
|
|
Ainsi soignent-ils

Ainsi soignent-ils

Dans trois semaines environ, les chrétiens du monde entier, accompagnés de quelques milliards de non-croyants- fêteront Noël…
Benjamin Vasset
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Dans trois semaines environ, les chrétiens du monde entier, accompagnés de quelques milliards de non-croyants- fêteront Noël autour d’une dinde, de quelques marrons et d’un petit Jésus déposé dans la crèche. Malgré l’effilochement du sentiment religieux et du fait catholique en Occident, la France reste, à bien des égards, la « fille aînée de l’Église », en témoigne la récente entrevue du président de la République avec le Pape, qui défrise certes les laïcards invétérés, mais se justifie au regard de l’Histoire de l’Europe et de la France. Dans le pays aux 36 000 clochers, l’Église et ses fidèles ont pourtant reçu en plein cœur les conclusions du récent rapport de la CIASE sur les abus sexuels commis depuis plus de 70 ans. Si la majorité de la communauté catholique a finalement accepté de regarder en face, après de longues décennies de déni, la réalité des crimes commis, une petite minorité reste incapable d’ouvrir ses yeux et son âme, et ce au plus grand mépris des victimes : ceux-là prouvent finalement qu’ils n’ont rien compris au message de compassion répété à longueurs d’Évangiles.

Mais au-delà de ces brebis égarées, l’Église, face à ce séisme qui la secoue des pieds jusqu’à la tête, doit penser à faire sa mue et -pensent certains- à s’inscrire (enfin) dans son temps. Facile à dire en dehors, un peu moins à l’intérieur, où le poids des siècles, des traditions et des milliers d’exégèses contribuent à alourdir les rites d’une religion dont l’idéal de dénuement et de simplicité aura été maintes fois dévoyé au cours des siècles. Aujourd’hui, face aux moqueries un brin répétitives et aux plaisanteries scabreuses qu’elle reçoit, et alors qu’elle semble nager à contre-courant, nous avons voulu vous expliquer dans ces pages comment fonctionnait la plus vieille institution du pays. Dans une ville, Orléans, où le poids du catholicisme, de son électorat et de ses réseaux restent particulièrement vivaces, il nous est apparu éclairant de comprendre -et de faire comprendre- les rouages du clergé local dans un dossier adressé autant aux esprits sains qu’à ceux qui se réclament du Saint-Esprit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Tamani A. : French connexions
Arrivée il y a trois ans dans la métropole orléanaise,...
Ferrari, gros moteur énervé !
Ça s’est passé au zénith d’orléans.
Une furieuse fureur de vivre
Avant de partir en tournée nationale, Aria da Capo, le...
Événements de la semaine
13
Mar
11
Mar
Saint-Jean-de-la-Ruelle Médiathèque Anna-Marly puis dans tous les quartiers de la ville
#
11
Mar
Orléans – Palais de Justice – 44, rue de la Bretonnerie
#
14
Oct
Orléans – Théâtre Gérard Philipe
à 15 h
11
Oct
Orléans – Salle de l’institut
à 10 h 45
ARTICLES RÉCENTS