|
|
|
Sauve qui peut
|
|
|
Sauve qui peut

Sauve qui peut

Benjamin Vasset
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

On ignore si la culture est en danger mais en tout cas, ses acteurs ont la rate qui se dilate et le foie qu’est pas droit. Selon une récente étude publiée par un cabinet d’audit, elle a subi une véritable saignée en Europe l’an dernier, perdant 31 % de son chiffre d’affaires, soit une baisse de… 199 milliards d’euros par rapport à 2019 ! « C’est le deuxième secteur le plus affecté par la crise sanitaire, un peu après l’industrie aéronautique, mais avant le tourisme », relate la station France Culture, qui sait de quoi elle parle. 

Il y a deux semaines, on apprenait parallèlement que Netflix avait franchi le cap des 200 millions d’abonnés payants et que la plateforme avait terminé l’année 2020 avec un chiffre d’affaires en hausse de… 5 milliards de dollars. C’est presque comme si l’Amérique disait merci à la Chine d’avoir ramené a la casa la moitié de l’humanité… 

Alors, on ne découvre pas l’eau chaude en s’apercevant que la culture américaine, après avoir vendu Hollywood, Coca et Facebook au monde entier, s’est encore incrustée dans les foyers avec sa nouvelle pièce d’artillerie lourde. L’idée n’est pas tant de jouer aux anciens combattants –
puisque les produits culturels américains ont déjà gagné nos têtes – mais plutôt de continuer à dire et à faire savoir, autour de nous, qu’il y a aussi d’autres canaux de diffusion et sources de contenus qui peuvent éviter de faire tourner toutes nos discussions sur la dernière série proposée par Netflix. Plutôt que de baisser les bras ou de hausser les épaules, tentons donc d’ouvrir nos oreilles à tout ce qui peut nous émerveiller, nous distraire, nous émouvoir, même si cela dépasse désormais le sacro-saint format des 52 minutes douche comprise, comme dirait l’autre. 

Aujourd’hui, certaines salles de spectacle craignent, quand elles rouvriront, de ne pouvoir retrouver un public qui aura eu le temps de trouver confortable le fait de disposer de tout, ou presque, en appuyant sur une souris ou une télécommande. Alors rappelons-nous, même si la mémoire commence à nous faire défaut, que la culture est une expérience qui reste d’autant plus forte qu’elle est partagée sur le vif, pour ne pas dire en live

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Christophe Liony, médecin des âmes : le nouveau curé de la paroisse Saint-Vincent à Orléans
Depuis la rentrée, la paroisse Saint-Vincent à Orléans compte un...
Fool System célèbre ses 10 ans d’existence avec la sortie de son dernier album de rock franc « L’Heure bleue » – un succès pour le groupe Orléanais
Le groupe orléanais Fool System célèbre ses dix ans d’existence...
Réouverture du Théâtre Gérard-Philipe après des travaux de rénovation – Amélioration de l’isolation, de l’accès et de la sécurité à La Source
Au terme de trois mois de fermeture et de travaux...