|
|
Le festival O’Tempo s’ouvre ce vendredi avec La Rue Kétanou

Le festival O’Tempo s’ouvre ce vendredi avec La Rue Kétanou

Benjamin Vasset
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

La deuxième édition du festival O’Tempo, à Boigny-sur-Bionne, s’ouvre ce vendredi, avec une première soirée qui va rappeler des souvenirs aux quadras : Tryö (22h) et La Rue Kétanou (20h30), deux groupes nés au milieu et à la fin des années 90, sont en effet attendus sur la scène principale du festival.

Des Hommes qu’on aime

En 2020, après une pause de six ans, La Rue Kétanou est revenue « dans les bacs » avec un nouvel album -le bien nommé 2020– lequel proposait quinze chansons inédites concrétisant l’arrivée dans le groupe d’un petit nouveau, Pierre Luquet. « Un vrai changement pour nous, car Pierrot est un garçon très intelligent et très délicat », affirme Florent Vintrigner, l’un des trois membres originels de La Rue Két’ avec Mourad Musset et Olivier Leite. Une façon d’amener du sang neuf, aussi : sur scène, c’est d’ailleurs Pierre Luquet, à l’accordéon, qui ouvre désormais les concerts du groupe. « Pierre est arrivé avec beaucoup de technique, et il joue beaucoup mieux que moi de l’accordéon ! », se marre Florent Vintrigner, qui se permet du coup de faire d’autres choses sur scène, comme de petits pas de danse chaloupés sur Ma faute à toi, l’un des « tubes » du groupe ! Bon, parler de « tube » s’avère peut-être un peu exagéré, tant La Rue, qui a certes vendu des dizaines de milliers de disques depuis 20 ans, sera paradoxalement passé sous les radars des radios et des télés : La Rue Két’ s’est fait son succès grâce au bouche-à-oreille, mais aussi grâce « à Internet, un média qu’on maîtrise et où on a fait pas mal de choses », insiste Florent Vintrigner. De sorte qu’aujourd’hui, plus de 22 ans après la sortie d’En attendant les Caravanes, le premier album du groupe, les salles de concerts et les soirées de festivals sont toujours pleines. « On n’a jamais réfléchi une seule seconde si ce qu’on faisait pouvait être radiophonique. On n’a jamais couru après la médiatisation et à vrai dire, on ne nous a pas tellement sollicité », reconnaît Florent Vintrigner. Au contraire d’ailleurs de Tryö, né à peu de choses près dans les mêmes eaux que La Rue Kétanou et qui, au milieu des années 2000, s’est clairement positionné dans une démarche beaucoup plus « grand public ».

Les enfants de La Rue

Il n’empêche : La Rue Ket’ a fait des petits. Sur les festivals, Florent Vintrigner est presque étonné de voir des artistes comme Julien Doré, Angèle, Radio Elvis, Claudio Capéo ou Feu! Chatterton venir lui expliquer que La Rue Kétanou les a beaucoup inspirés. Mais il faut croire que leurs morceaux les plus connus de La Rue Ket’ (Les Mots, Tu parles trop, Les Hommes que j’aime, Almarita…) -que le public de Boigny pourra d’ailleurs retrouver sur scène vendredi- ont imprégné et traversé les générations. Et les enfants de ceux qui les suivaient il y a 20 ans adorent aujourd’hui de nouveaux morceaux comme Chikungunya, dont les spectateurs du festival O’Tempo devraient avoir un petit aperçu sur scène… 

Si depuis le début des années 2000, les ventres ont un peu poussé et les crânes se sont parfois dégarnis, l’énergie dégagée par La Rue Kétanou demeure toujours incroyablement communicative. « De toute façon, sur La Rue Két’, le public est toujours très bon ! », rigole Florent Vintrigner, qui sait d’ailleurs à peu près où il mettra les pieds vendredi en débarquant dans la métropole orléanaise : en septembre dernier, il avait embarqué avec Pierre Luquet à bords de bateaux de mariniers pour Le Grand Retournement. S’en était suivi, durant le Festival de Loire, un concert improvisé et tout à fait officieux au bord du Fleuve royal. Il y en a qui savent vivre !

Le Festival O’Tempo se déroule du vendredi 26 au dimanche 28 août à la plaine de la Caillaudière à Boigny-sur-Bionne autour d’une scène principale (La Rue Kétanou, Tryö, Cephaz, Tibz, Hatik, Joyce Jonathan, Ben L’Oncle Soul se partagent l’affiche ce week-end) et d’une scène « village » pour découvrir de nouveaux talents. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Maman de Lucas, victime de harcèlement à 13 ans, tient une conférence de presse émouvante dans les Vosges
Lundi, la maman du petit Lucas, un enfant qui s’est...
Charlélie Couture en concert à La Ferté-Saint-Aubin : Découvrez les « Quelques Essentielles » le 10 février
L’espace Madeleine Sologne de La Ferté-Saint-Aubin se prépare à accueillir...
Comment l’association 1-Terre Actions recycle les vélos pour leur donner une seconde vie
François Gallier, le directeur d’1-Terre Actions, se souvient des débuts...