|
|
« Les gens ont envie de revenir »
|
|
« Les gens ont envie de revenir »

« Les gens ont envie de revenir »

Tout comme les musées et les cinémas (voir ci-contre), les théâtres pourraient rouvrir à nouveau leurs portes le 15 décembre. Un soulagement pour la Scène Nationale d’Orléans, qui n’a pas cessé ses activités durant le reconfinement.
Hugo De Tullio
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Fermer le théâtre au public, mais pas aux artistes. Voilà le credo qu’a récité en novembre la Scène Nationale d’Orléans. À l’image du premier confinement, l’organisation, au Théâtre, a été la même en cette fin d’année. Faute de public, de nombreux artistes sont venus répéter leurs spectacles, et des enregistrements ainsi que des captations en live ont été réalisés. Après l’annonce du reconfinement, « on ne s’est pas lamenté, explique François-Xavier Hauville, le directeur de la Scène Nationale d’Orléans. Et cette façon de prendre les choses nous a permis de rebondir plus vite ». Par exemple, les Folies Françoises ont pu faire un concert qu’ils ont diffusé en direct sur Internet. L’ensemble Cairn, adepte de musique contemporaine, a de son côté pu faire des commandes de pièces écrites de musique à des jeunes compositeurs, en enregistrant en ligne de petites capsules vidéo.

« Personne n’a attrapé le virus ici ! »

Coronavirus oblige, le théâtre d’Orléans a cependant vu ses recettes diminuer, concède le directeur. C’est pourquoi il voit la réouverture des salles de spectacles comme « un soulagement. Nous sommes très contents de rouvrir, car c’est dans notre ADN de mettre en contact des artistes et un public ». Au Théâtre d’Orléans, le protocole sanitaire sera le même que lors du premier déconfinement : une jauge maximum qui correspond à 60 % de la capacité de la salle, le port du masque obligatoire et la distanciation physique avec un siège libre à côté de chaque groupe de spectateurs. « Nous allons éviter autant que possible les entractes, car c’est là que les gens se mélangent », ajoute François-Xavier Hauville, même s’il assure que le dispositif est « sécurisé. Personne n’a attrapé le virus ici ! »

Les Orléanais peuvent d’ores et déjà réserver leurs places, puisque la billetterie est ouverte depuis mardi dernier. Attention toutefois aux horaires qui peuvent être décalés, puisque le couvre-feu a été établi à 21 h. De manière générale, les représentations ont été avancées à 19 h 30. Par ailleurs, le Théâtre a parfois prévu deux spectacles consécutifs dans la soirée. Pour ce genre de situations, François-Xavier Hauville assure que les organisateurs vont essayer de modifier les horaires afin que les spectateurs puissent voir l’ensemble de la programmation. Des séances pourront aussi être prévues l’après-midi, les samedis et dimanches.

S’il reconnaît que certains spectateurs ne sont pas retournés au théâtre par peur de la Covid-19, François-Xavier Hauville est optimiste pour la suite : « l’Opéra de Paris a vendu toutes ses places jusqu’à la fin de l’année en trois heures ! Même si nous ne sommes pas l’Opéra de Paris, c’est la preuve que les gens ont envie de revenir ». Pas d’inquiétude non plus pour l’année prochaine, rassure le directeur de la Scène Nationale, habitué à suivre le rythme des contraintes donné par le Gouvernement. « S’il y a un autre confinement ou un couvre-feu, on fera avec, comme on a appris à le faire jusque-là ! » 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Christophe Liony, médecin des âmes : le nouveau curé de la paroisse Saint-Vincent à Orléans
Depuis la rentrée, la paroisse Saint-Vincent à Orléans compte un...
Fool System célèbre ses 10 ans d’existence avec la sortie de son dernier album de rock franc « L’Heure bleue » – un succès pour le groupe Orléanais
Le groupe orléanais Fool System célèbre ses dix ans d’existence...
Réouverture du Théâtre Gérard-Philipe après des travaux de rénovation – Amélioration de l’isolation, de l’accès et de la sécurité à La Source
Au terme de trois mois de fermeture et de travaux...