|
|
L’insécurité revient sur la table
|
|
L’insécurité revient sur la table

L’insécurité revient sur la table

Lors du dernier Conseil municipal d’Orléans, majorité et oppositions se sont affrontées sur les terrains conjoints de l’insécurité, de la marginalité et… de la culture. Joli combo.
Benjamin Vasset
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Le Conseil municipal d’Orléans qui s’est déroulé jeudi dernier a débuté dans un climat tendu. Sitôt le début des débats sifflé, l’opposition de gauche a en effet immédiatement interrogé la majorité sur l’expulsion des « marginaux » qui occupaient l’arrière du Théâtre (suite au meurtre d’un homme survenu cet été, ndlr). S’est aussi greffée dans la discussion la question de l’installation d’une statue dénommée La Reconquête sous Place d’Arc, là où des SDF avaient l’habitude de se rassembler avant d’y être délogés en février dernier. Au-delà du nom de l’œuvre — pas vraiment appropriée dans le contexte aux yeux de certains —, l’opposition du centre s’est demandé pourquoi un parking à vélo y avait été installé juste devant, insinuant que la majorité utilisait une œuvre artistique pour empêcher des SDF de s’approprier de nouveau les lieux.

Dans le détail, Florent Montillot, premier maire-adjoint à la Sécurité, a répondu que sous Place d’Arc, des solutions d’hébergement avaient été proposées et que l’action d’expulser les SDF se justifiait aussi par l’image que renvoyait la ville aux visiteurs : « quand des médecins ou des touristes arrivaient à la gare, ils repartaient immédiatement ! » Sur la question du Théâtre, Florent Montillot a précisé que la mairie avait été « submergée de mails » émanant de riverains « expliquant que leurs enfants ne passaient plus » là où ces « marginaux » étaient localisés. Ce à quoi Ludovic Bourreau, pour l’opposition du centre, a rétorqué qu’il n’avait pas eu tout à fait le même son de cloche des riverains.

Orléans, c’est Gotham ?

Puis Serge Grouard a répliqué : « La demande des Orléanais se renforce en matière de sécurité, a commencé, le ton grave, le maire d’Orléans. Cette réalité, nous la regardons en face. Chaque fois, vous (l’opposition, ndlr) êtes dans la critique insidieuse. Vous essayez de créer des polémiques, pour discréditer ceux qui agissent. Mais vous, que faites-vous ? Vous êtes toujours dans un clivage politique et idéologique ; moi je suis dans le pragmatisme ». Son lieutenant Florent Montillot a lui aussi dressé un tableau bien sombre d’Orléans : « Nous avons à gérer chaque semaine des rixes entre marginaux qui s’affrontent à coups de couteaux. Nous avons fait récemment le tour des bars et des restaurants de Châtelet : tout le monde nous dit que les serveurs sont dans une situation épouvantable, avec des marginaux qui viennent se servir sur les tables des clients, parfois même avec des couteaux ! » L’élue communiste Dominique Tripet lui a parlé des « problèmes d’addiction et les problèmes psy » dont souffraient ces « marginaux », notamment depuis les confinements. Florent Montillot en a convenu, mais il a rappelé qu’il n’était pas dans le pouvoir du maire de conduire des gens à Daumezon : « Nous aimerions, sur ce sujet, plus de réactivité de la part de  l’État », a-t-il conclu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Christophe Liony, médecin des âmes : le nouveau curé de la paroisse Saint-Vincent à Orléans
Depuis la rentrée, la paroisse Saint-Vincent à Orléans compte un...
Fool System célèbre ses 10 ans d’existence avec la sortie de son dernier album de rock franc « L’Heure bleue » – un succès pour le groupe Orléanais
Le groupe orléanais Fool System célèbre ses dix ans d’existence...
Réouverture du Théâtre Gérard-Philipe après des travaux de rénovation – Amélioration de l’isolation, de l’accès et de la sécurité à La Source
Au terme de trois mois de fermeture et de travaux...