fbpx
|
|
|
L’Astro-2 s’implantera bien à Fleury

L’Astro-2 s’implantera bien à Fleury

La rédaction
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp
Photo de la semaine

Si certains sujets divisent actuellement entre les maires d’Orléans et de Fleury-
les-Aubrais (voir p.10), d’autres font davantage consensus. C’est le cas de la scène de musiques actuelles (SMAC), appelée de ses vœux par Serge Grouard depuis 2020, après qu’il eut décidé de mettre au placard le projet d’Olivier Carré de construire une « cité musicale » sur la tête nord du pont de l’Europe. Abondamment commentée depuis deux ans, la construction d’un nouvel écrin pour l’Astrolabe, qui se situe aujourd’hui dans le complexe du Baron, devrait finalement se concrétiser au sein du quartier Interives, à Fleury-les-Aubrais. Cette implantation était dans l’air depuis plusieurs mois, elle a été officialisée ce mercredi avec la présentation, en conseil municipal d’Orléans, d’une délibération formalisant le nom de l’assistant à maîtrise d’ouvrage de ce futur bâtiment, à savoir le cabinet IDA Concept, situé à Paris. Si la délibération qui devait être présentée en conseil municipal n’offre pas beaucoup plus de précisions sur les équipements qu’offrira cette SMAC, la Ville d’Orléans précise cependant qu’elle veut en faire « une scène de musiques actuelles, un lieu de création, un lieu de vie, un lieu modulable et un lieu populaire ». Elle souhaite également que cette structure soit « un lieu d’apprentissage, de rencontre, d’émancipation et de socialisation qui contribue au vivre-ensemble ».

Du cinéma après la SEITA ?

Autre information intéressante : cette future SMAC s’inscrira dans un ensemble plus vaste, « au cœur d’un programme de constructions mixtes comprenant une dominante de logements et de bureaux à proximité des SHEDS », que la Métropole prévoit de réhabiliter afin « d’accueillir des activités pluridisciplinaires de l’économie créative et circulaire (coworking, formation, studios cinéma (!) et d’animation, restauration ». Pour rappel, les SHEDS (en bas à gauche sur notre photo) sont ces deux immenses bâtiments (plus de 11 000 m2) « en toiture de dents de scie » qui hébergeaient jusqu’en 2018 le laboratoire d’Imperial Tobacco (ex-SEITA).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire

Signaler un commentaire

Enable Notifications Oui Plus tard