|
|
Baisse de la dette, hausse de la taxe foncière!
|
|
Baisse de la dette, hausse de la taxe foncière!

Baisse de la dette, hausse de la taxe foncière!

Le débat d’orientation budgétaire qui aura lieu lundi 31 janvier sera l’occasion pour l’équipe municipale d’exposer sa stratégie financière à dix ans qui repose, notamment, sur la souscription d’un nouvel emprunt de 55 M€ à taux d’intérêts très bas pour compenser les emprunts actuels à 4 % de moyenne, l’amplification de la réduction de la dette entamée sous le mandat précédent, mais aussi sur une hausse du taux de la taxe foncière de 4,5 %.
P.N.

On commence par quoi ? La bonne ou la mauvaise nouvelle ? « Pour la première fois en quarante ans, la dette de la Ville est passée sous la barre des 200 M€, à 196,3 M€ au 31 décembre dernier. » L’adjoint aux finances, Frédéric Miniou, lors de la présentation de la nouvelle stratégie financière mise en place par la majorité municipale, n’a pas manqué de se féliciter de cette situation qui, de fait, est une bonne nouvelle pour une ville de Tours prise à la gorge par son endettement depuis les années 90, ce qui, objectivement aussi, l’a empêchée d’investir dans un certain nombre de domaines. La durée de désendettement est tombée à 7 ans. Après un pic de remboursement en 2023 et 2024, la dette continuera à décroître tout au long de la prochaine décennie : c’est l’objectif que s’est fixé la municipalité.

« Dette grise », l’autre dette

« Il faut sortir de ce cercle vicieux où la Ville consacre une part moins importante de son budget aux investissements, 30 % en moyenne de moins que les autres villes de même taille depuis des années, poursuit Frédéric Miniou. Ce qui a pour conséquence de dégrader les équipements publics et donc d’augmenter les coûts d’entretien et de fonctionnement de ces équipements vieillissants. C’est pour cela que nous aussi établi un plan pluriannuel d’investissements pour piloter la réduction de la dette mais aussi endiguer la dette grise de la Ville qu’on ne peut plus laisser croître. »

La Ville prévoit donc un plan d’investissements de 400 à 450 M€ sur dix ans pour rénover les école, les bâtiments publics, les équipements sportifs et culturels afin de contenir cette « dette grise » qui correspond aux coûts financiers et environnementaux d’un patrimoine mal entretenu et qui, logiquement, croît si rien n’est fait pour rénoverces équipements.

Mais cette stratégie s’accompagne aussi d’une hausse de la taxe foncière de 4,5 %. La municipalité a fait ce choix pour accroître ses marges de manœuvres financières et doit l’assumer. Serge Babary, l’ancien maire, l’avait aussi fait une fois au début de son mandat.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES ARTICLES A LIRE
Les nouveaux bus au gaz en circulation !
Les premiers bus au gaz livrés par l’usine Scania d’Angers...
LADI.es bouscule nos habitudes
Un parcours artistique semé de spectacles, d’expositions et d’ateliers : le...
Guillaume Marquès : Enfant de la balle
Joueur, éducateur, entraîneur, directeur général… Présent au club depuis 2007,...
Événements de la semaine
8
Oct
Grand Théâtre
Ven. 8 oct. à 20 h
6
Oct
Vinci, Tours
Mer. 6 oct. à 20 h 30 
2
Oct
L’hôtel de ville de Tours.
2 et 3 oct. de 10 h à 18 h
1
Oct
Oésia, Notre-Dame-d’Oé
Ven. 1er à 18 h 30 et 20 h, sam. 2 à 11 h, 15 h et 17 
4
Juin
Chinon
DU 4  AU 6 JUIN
4
Juin
Grand Théâtre de Tours
Ven. 4 à 19 h, dim. 6 à 15 h, mar. 8 à 19 h
ARTICLES RÉCENTS