|
|
|
Avis de tempête dans les assiettes ?
|
|
|
Avis de tempête dans les assiettes ?

Avis de tempête dans les assiettes ?

Après les perturbations liées à la crise sanitaire, l’Union des Métiers de l’Industrie Hôtelière du Loiret s’inquiète pour l’avenir à court et moyen terme de la restauration.
l.b
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Share on whatsapp
Avis de tempête dans les assiettes-HEBDO-ORLEAN-384

Dans le Loiret, près de 350 professionnels utilisent aujourd’hui les services de l’Union des Métiers de l’Industrie Hôtelière du Loiret (Umih 45), principale organisation professionnelle à l’échelon national pour les cafés, hôtels et restaurants. Ce nombre d’adhérents a beaucoup baissé depuis quinze ans : en cause, l’ouverture massive d’enseignes de restauration rapide, type fast-food, kebab et pizzas à emporter, qui ne ressentent pas le besoin d’adhérer à une organisation, ne serait-ce que pour recevoir les informations de base, pourtant très sollicitées en période de pandémie.

Retour de bâton ?

Depuis la sortie de crise, les cafés-restaurants traditionnels, où l’on s’assoit pour déjeuner, sont d’ailleurs confrontés à un phénomène post-Covid, tel que le souligne Thierry Deraime, président de l’Umih 45 : « Nous avons beaucoup de mal à récupérer les ouvriers du bâtiment ou les routiers, explique-t-il. Durant la crise, ces clients-là se sont organisés autrement pour déjeuner et ils conservent aujourd’hui ces nouvelles habitudes. Nous devons donc nous adapter pour développer la vente à emporter, à l’image de Studio 16, à Orléans, qui a ouvert une boutique dédiée. » Une situation d’autant plus préoccupante que l’inflation a elle aussi grevé le budget déjeuner : pour preuve, sur les aires de service au nord d’Orléans, le nombre de routiers qui se rendent à pied au centre commercial tout proche pour s’acheter leur repas ne cesse d’augmenter. Et pourtant, sur les aires de repos de Gidy et Saran, des restaurateurs sont bien présents… À cela s’ajoutent, pour l’Umih 45, d’autres difficultés qui risquent de provoquer début 2023 une série de fermetures : revalorisation des salaires devenue indispensable pour redorer l’image des métiers, pénurie d’apprentis, augmentation du prix des matières premières et des fluides, remboursement des PGE… Que va-t-il rester dans les comptes d’exploitation alors que le pouvoir d’achat des Français baisse, limitant l’augmentation des menus ? Alors que la situation se dégrade, l’Umih 45 dit n’avoir obtenu à ce jour aucune réponse des pouvoirs publics. « Face à cette crise économique, il y a des mesures très urgentes à prendre, mais qui ne seront pas prises en raison du blocage politique actuel… » se désole déjà Thierry Deraime. En perpétuelle négociation avec l’État, son organisation professionnelle juge que la profession n’a pas besoin de cadeaux occasionnels, mais réclame des mesures durables.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Quand les bailleurs sont mis à l’honneur…
Depuis 2018, Orléans Métropole décerne deux Prix de l’innovation du...
Crédits immo et Taux d’usure : pourquoi ça pose problème ?
La remontée des taux d’intérêt a pour premier effet de...
Faut-il croire à une baisse des ventes ?
En nombre de transactions, le marché français demeure le plus...
Événements de la semaine
13
Mar
11
Mar
Saint-Jean-de-la-Ruelle Médiathèque Anna-Marly puis dans tous les quartiers de la ville
#
11
Mar
Orléans – Palais de Justice – 44, rue de la Bretonnerie
#
14
Oct
Orléans – Théâtre Gérard Philipe
à 15 h
11
Oct
Orléans – Salle de l’institut
à 10 h 45
ARTICLES RÉCENTS