|
|
|
Samuel Archambault Trouver sa voix
Portrait

Samuel Archambault Trouver sa voix

Ce chanteur-compositeur orléanais plein d’humilité n’a jamais douté que la musique deviendrait une part importante de sa vie. Il a sorti en juin de cette année son premier album, Selon les Humains.
ambre blanes
09/09/2022 : Concert à la guinguette Le Ponton, en duo
25/11/2022 : Concert à Saint-Jean- de-Braye, en quintet
09/12/2022 : Réalisera, en duo, la première partie de Debout sur le Zinc à l’Astrolabe

Il s’est mis à la musique à l’âge de 6 ans, mais c’est à 38 qu’il a sorti son premier album. Entre-temps, Samuel Archambault s’est, de son propre aveu, pas mal cherché. Ayant d’abord entrepris des études de cinéma et de danse, il devint en effet professeur de guitare le quart de siècle venu. « Je ne m’y attendais pas trop, mais cette expérience d’enseignement m’a ramené à la musique, explique-t-il aujourd’hui. J’ai moi-même pris des cours au conservatoire d’Orléans et j’ai participé à des projets comme guitariste pendant une dizaine d’années, toujours accompagnateur, jamais au premier plan. » Il fonda ainsi un duo, Météogramme, avec un chanteur de Nantes pour lequel il écrivit des textes. Ses amis finirent ensuite par le mettre face à l’évidence : « Quand vas-tu faire ton propre projet, un projet où tu chanteras ? » L’intéressé, qui accumulait les textes depuis un bout de temps, s’est alors lancé à 35 ans en créant le groupe Selon les Humains, porté par ses chansons racontant, en français, quelque chose de notre époque et de notre pays, mais aussi de notre difficulté à écouter et à être entendus.

En avril 2019, invité par l’association DEFI, Samuel Archambault donne un premier concert au 108. Pour l’occasion, il demande à Pascal Barcos, un collègue multi-instrumentiste, de l’accompagner sur un morceau, marquant ainsi l’aube d’une collaboration artistique fructueuse. Le public étant réceptif, il continue dans cette voie. Selon les Humains participe ensuite au festival Enracinement Déracinement au théâtre Gérard-Philipe, se produit à La Ruche en Scène, puis figure au programme de la guinguette de Baule. En une année et demie, une vingtaine de dates sont couvertes. À l’automne 2020, Samuel Archambault, souvent sollicité par son public désireux de réécouter les chansons, envisage d’enregistrer un album. Grâce à une campagne de financement participatif qui dépasse vite son objectif et bénéficiant du soutien financier de la Ville d’Orléans et des Bains Douches de Lignières-en-Berry, l’album éponyme Selon les Humains sort en juin 2022. « J’ai fait appel à plein d’artistes pour m’entourer, j’ai créé des arrangements et j’ai fait évoluer les morceaux afin de pouvoir les jouer à deux, trois, cinq ou sept musiciens », détaille-t-il en nous relatant les différentes étapes de post-production qui se sont succédé jusqu’au concert ayant accompagné la sortie du disque à la MAM d’Orléans. « Nous pouvons nous produire sur de grandes scènes comme dans des lieux intimistes, voire chez l’habitant, précise l’artiste. Côté inspiration, il y a tous les univers musicaux que j’ai traversés ! Du hip-hop, du classique, de la musique africaine, du rock joué avec les copains dans la cave… » Récemment, Samuel Archambault a même découvert le maloya (musique traditionnelle de la Réunion) et a intégré ce style dans sa musique afin de ne pas rester dans un seul genre. Ce genre se basant avant tout sur des textes qui disent les choses de manière assez directe aux gens, l’artiste a délaissé un peu le lyrisme pour parler de l’actualité de façon engagée. Lui-même militant, il s’est d’ailleurs impliqué dans le passé dans différentes luttes, notamment contre la construction du pont de Mardié il y a quelques années.

(Re)naissance

Parallèlement à la sortie de son album, Samuel Archambault est aussi devenu papa : le voilà donc occupé aujourd’hui à accompagner le développement de sa progéniture musicale ainsi que celui de son bébé de 15 mois ! Et l’envie de refaire un album pointe déjà le bout de son nez… En attendant, sélectionné par le dispositif Propul’Son 2022 de la Fracama, Selon les Humains sera en résidence à l’Astrolabe. Même s’il a la volonté de jouer au-delà de la région d’Orléans, Samuel Archambault ne perd pas le sens des réalités. Adorant faire lui-même son pain, il « ambitionne peut-être un jour de devenir boulanger ». Mais pour le moment, l’une de ses autres marottes est la vidéo. « J’aime interviewer les gens », dit-il. Quelle meilleure façon d’observer ses pairs pour relater le parfum d’une époque ?

 
À écouter
www.selonleshumains.bandcamp.com

Une réponse

  1. Bon vent Samuel. Marie Laure doit t envoyer so. Grand éclat de rire de confiance et d enthousiasme de là oû elle est
    Merci pour ces beaux text3s

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLES SIMILAIRES
Christophe Liony, médecin des âmes : le nouveau curé de la paroisse Saint-Vincent à Orléans
Depuis la rentrée, la paroisse Saint-Vincent à Orléans compte un...
Violette Finet : la créatrice Orléanaise qui mêle Tissus vintage et Beauté écologique 
Cette Orléanaise épanouie et multi-casquettes a créé sa propre marque...
Astrid Galaret : Aller plus haut 
Membre de l’équipe de France de vol à voile, cette...