Pour des vacances studieuses !

Cet été, pour aider certains élèves à rattraper le retard et les difficultés accumulées pendant le confinement, le Gouvernement a lancé les « vacances apprenantes ». Un dispositif qui concerne en priorité les enfants des quartiers prioritaires, mais aussi ceux des zones rurales.
G.M
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Pour commencer l’année scolaire sur une bonne voie, il existe chaque été des dispositifs portés par l’Éducation nationale et les collectivités. Cette année, avec le confinement, les choses ont été vues en grand. « Nous avons en effet pu voir certaines inégalités se creuser cette année », commente-t-on au Rectorat de l’Académie Orléans-Tours. Pour cette raison, le Gouvernement a annoncé un plan « vacances apprenantes » qui devrait concerner plus d’un million d’enfants en France.

Au menu, plusieurs dispositifs sont proposés en priorité pour les publics les plus fragiles. Le premier, baptisé « écoles ouvertes », consiste à « du renforcement scolaire en matinée et des activités sportives et culturelles l’après-midi dans les écoles. C’est aussi, pour les enfants, l’occasion d’une découverte de la nature et de tisser des liens sociaux », détaille le Rectorat. Place aussi, du CP à la Terminale, à des « écoles buissonnières ouvertes en zone rurale. Leur vocation est de sensibiliser au développement durable. »

L’une des mesures phares de ce programme national est également la mise en place de « colonies de vacances apprenantes ». Le site Internet du ministère de l’Éducation Nationale précise pour cela qu’une aide de l’Etat pouvant atteindre 80 % du coût du séjour (plafonnée à 400 € par mineur et par semaine) sera versée aux collectivités partenaires pour permettre à 250 000 enfants et jeunes de partir dans ces séjours labellisés. « L’objectif est que le reste à charge de tous ces dispositifs soit très faible pour les familles », précise le Rectorat. À noter aussi, dans ce programme, qu’une aide a été créé pour les accueils de loisirs sans hébergements (les centres de loisirs) afin de permettre de proposer des activités éducatives de qualité au plus grand nombre, et en particulier aux enfants des parents qui devront travailler en cette période de reprise.

Tout le monde apprend !

Avec le confinement, les élèves des lycées professionnels n’ont pu accéder à certains enseignements professionnels pratique. « L’été du pro » est ainsi mis en place à l’attention de ceux notamment n’ayant pas obtenu leur diplôme professionnel à la session d’examen de juin, et pour lesquels le jury de délibération propose une présentation à la session de septembre. Ceux qui souhaitent découvrir une nouvelle filière professionnelle dans le cadre d’un projet de réorientation envisagée peuvent également s’inscrire dans ce parcours. Ces élèves pourront être accueillis dans leur établissement d’origine ou dans un établissement proposant un accès aux plateaux techniques nécessaires.

Reste la question : comment les familles peuvent-elles accéder à ces dispositifs ? Si les parents n’ont pas été contactés par les enseignants directement, ils peuvent se rapprocher de leur établissement scolaire ou encore contacter les collectivités en charge des écoles concernées, conseille
le Rectorat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Orléans Métropole : Christophe Chaillou (PS) élu au prix d’un « consensus » avec Serge Grouard
Jeudi soir, Christophe Chaillou, le maire PS de Saint-Jean-de-la-Ruelle, a...
Des fêtes johanniques au format réduit !
En raison du Covid-19, Serge Grouard, maire d’Orléans depuis samedi...
Serge Grouard est redevenu, ce samedi, maire d’Orléans
Après la victoire de sa liste dimanche dernier à l’issue...