|
|
|
L’eau à la bouche malgré tout !
|
|
|
L’eau à la bouche malgré tout !

L’eau à la bouche malgré tout !

Stores fermés ou vitrine ouverte, ils demeurent dans l’attente de jours meilleurs, entre des murs rénovés encore vierges de poussière. Pour ceux qui ont eu l’outrecuidance et le courage d’ouvrir un commerce de bouche ou de boisson en 2020, il n’est pas question de s’en mordre les doigts, mais bien de tenir. Quatre lieux orléanais nous confient leur parcours sous (gros) temps de Covid…
Ambre Blanes
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Share on whatsapp

La Chopine soigne sa descente 

Bastien est passionné par le monde du vin et celui de la bière. L’idée le titillait depuis longtemps de se lancer dans la restauration, si bien qu’il s’est rendu jusqu’en Bretagne pour visiter des locaux, guettant le coup de cœur. Il sélectionne lui-même ses vins et ses bières, tous français pour les premiers, toutes de France et d’Angleterre pour les secondes (il travaille aussi avec Les caves Anthocyanes) et propose une cuisine gourmande : planches de charcuterie et de fromage, foie gras sur pain d’épices, burrata, guacamole maison, le tout coupé à la demande par souci de fraîcheur, et pioché localement quand c’est possible. Autrement, les produits viennent de l’Hexagone : l’abondance, le comté, l’ossau iraty sont commandés en direct pour éviter les circuits de distribution. Les consommateurs, qui aiment une bouteille, peuvent repartir avec pour 8€ de moins que son prix à la carte.

Un beau démarrage, et puis…

Quand il a ouvert début octobre, le bar a affiché complet pratiquement tous les soirs pendant 15 jours, avec une affluence de fidèles malgré le couvre-feu, et a ainsi pu éviter le naufrage prématuré grâce à ce bon démarrage. La Chopine, qui a reçu beaucoup de messages de soutien de clients qui ont « hâte que ça rouvre », planche sur un système de livraison de bouteille dès décembre pour les fêtes de fin d’année. Bastien et son épouse réfléchissent à créer une micro-brasserie sur place, ayant déjà brassé la bière de leur mariage avec succès.

36, ter rue Étienne Dolet
Horaires : 17h-1h, du mardi au samedi
Ouvert depuis : le 10 octobre 2020
L’humeur du patron : « Frustré ! Tout comme les clients, j’y retournerais volontiers… »


La Petite Saison se met en quatre 

Joffrey a toujours eu une appétence pour la restauration. Commercial de formation, il a mis la main à la pâte du temps de ses études. Voyant les rayons maraîchers se développer sur les marchés en faisant la part belle au local et au bio, l’idée de porter un projet surfant sur ces valeurs a germé : proposer une pizza de qualité. Ses produits sont locaux et frais : les légumes viennent du Loiret, le miel de Sologne, la farine de Gien, les champignons et la viande sont issus de France, les fromages de région sont AOP, les œufs sont plein air. Joffrey essaye ainsi de mettre en avant un terroir, mais aussi un « savoir-être ». Sur sa carte, onze pizzas, dont six qui demeurent et cinq qui varient en fonction des saisons (et donc de la disponibilité des légumes), mais aussi des salades et desserts maison. 

La livraison, planche de salut !

Malgré une ouverture dans la précipitation, La Petite Saison peut se féliciter de son premier mois d’activité. Joffrey a conscience que même en période de couvre-feu, il n’a pas été le plus à plaindre, « car la pizza est un produit qui s’emporte facilement ». Le confinement ayant toutefois diminué sa clientèle de moitié, il a décidé de lancer sous peu un service de livraison, idéal pour gagner en visibilité. Si l’intérieur cosy attire l’œil des passants, particulièrement grâce au four qui trône en devant, et que cela sent bon la pizza à l’extérieur, le lieu est encore à faire connaître. La devanture devrait, à ce titre, être repeinte en vert.

26, place du Général de Gaulle
Horaires : 12h-14h puis 18h30-22h du mardi au samedi
Ouvert depuis : le 20 septembre 2020
L’humeur du patron : « Actif. Je continue à aller sur le marché moi-même pour mes produits ! »


Gavezzotti, double ration !

Caroline est une jeune femme du coin, qui a toujours eu un bon coup de fourchette dès lors qu’il était question de pâtes, une gourmandise certainement héritée de sa grand-mère italienne, laquelle portait le nom de « Gavezzotti ». Son projet, elle l’a imaginé comme novateur, Orléans ne disposant pas de bar à pâtes jusque-là. Mais les retards de travaux s’en sont mêlés, décalant l’ouverture à fin avril 2020, sous la forme de la vente à emporter. Lors du premier confinement, elle était l’une des seules à ouvrir le rideau dans la rue. Puis, le bouche-à-oreille et les beaux jours, ainsi que la mascotte du bar Meïko, un adorable spitz nain blanc, ont fait le reste. Ici, tout est maison et presque tout est recyclable, du gobelet aux couverts. La carte propose pâtes et lasagnes (dont certaines sont vegan) et change régulièrement. Pas de soda chez Caroline, qui propose d’autres boissons, dont des infusions bio glacées l’été et de la bière ou du vin italiens à l’achat en bouteille. 

Pas faciles, ces contraintes…

Ce lieu est porté par l’envie de contrer la malbouffe, surtout à l’heure du déjeuner où la clientèle alentour mange souvent sur le pouce, tout en s’assurant d’être « calée ». Pour Caroline, qui en est à son deuxième confinement, le plus contraignant est l’obligation d’apposer un mètre de distance entre les tables. Sa capacité d’accueil est réduite par deux et la problématique pousse parfois à refuser une famille à table. Après une année 2020 éprouvante, elle languit le temps de la dolce vita à venir…

209, rue de Bourgogne
Horaires : 11h45-14h puis 18h45-21h du lundi au samedi, 18h45-21h le dimanche
Ouvert depuis : le 29 avril 2020
L’humeur de la patronne : « Soutenue. La période est très difficile, mais j’ai régulièrement mon père au téléphone. Il est d’un vrai soutien. »


Glouglou n’est pas au bout 

Alexandre, cuisinier orléanais, a fait appel à Félix, précédemment commercial, pour créer le projet de restaurant qu’il avait en tête depuis longtemps. Niveau cuisine, Glouglou verse plutôt dans la bistronomie, avec une carte courte mais qui change régulièrement, selon l’inspiration du chef. Les produits sont bio et locaux dans la mesure du possible, en particulier les légumes, et tout est fait maison. La devanture a vite accroché l’œil : pas de surprise, donc, à ce que le public ait été au rendez-vous dès l’ouverture. Lors du couvre-feu, Glouglou a changé ses horaires pour proposer un déjeuner et un dîner hâtif, mais la clientèle du midi consomme différemment du cœur de cible d’un bar à vin caviste, qui s’attarde à table et prend son temps. De plus, malgré les tabourets du bar et la grande salle, la distanciation était difficile à mettre en place et, le soir, la dernière tournée pouvait être lancée à l’heure où l’on débouche généralement les bouteilles… 

Les fêtes en point de mire

Alexandre regrette le flou administratif qui entoure les démarches pour obtenir des aides de l’État, de la Région ou de la Ville dès lors qu’« on n’a pas encore d’année N-1 de référence à déclarer ». Une amertume qui résonne aussi chez ses confrères que nous avons interviewés. Grâce à la trésorerie de l’été, Glouglou attend l’année prochaine en se concentrant sur les commandes de bouteilles à emporter, avec des paniers et coffrets conçus tout spécialement pour les fêtes. Guettez les tirages au sort sur les réseaux sociaux…

159, rue de Bourgogne
Horaires : 17h-19h30 du mardi au vendredi, 11h-19h30 le samedi + sur RDV
Ouvert depuis : le 20 août 2020
L’humeur du patron :  « Impatient. Je n’imaginais pas qu’il y aurait un deuxième confinement… »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Christian Ravanel : Merci patron !
Candidat aux élections municipales à Orléans en 2020, ce spécialiste...
Orléans remonte le temps
L’Orléans Vintage Festival revient vendredi et samedi pour une nouvelle...
Oh, mon beau cimetière !
Si tout le monde a entendu parler du Printemps de...
Événements de la semaine
13
Mar
11
Mar
Saint-Jean-de-la-Ruelle Médiathèque Anna-Marly puis dans tous les quartiers de la ville
#
11
Mar
Orléans – Palais de Justice – 44, rue de la Bretonnerie
#
14
Oct
Orléans – Théâtre Gérard Philipe
à 15 h
11
Oct
Orléans – Salle de l’institut
à 10 h 45
ARTICLES RÉCENTS