|
|
Le cinéma ligérien cherche des sous
|
|
Le cinéma ligérien cherche des sous

Le cinéma ligérien cherche des sous

L’agence régionale Ciclic multiplie les dispositifs d’aides au parcours artistiques et à la « rencontre artistique » entre auteurs et producteurs de cinéma. Mais en période de crise sanitaire, certains craignent pour les financements de projets. 
C.S
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Share on whatsapp

Avez-vous vu les films 120 battements par minute et/ou Divines ? Parmi d’autres, ces deux longs-métrages sont soutenus par Ciclic, l’agence régionale du Centre-Val de Loire pour le livre, l’image et la culture numérique. Implantée à Vendôme, elle accueille des cinéastes du monde entier pour des résidences, des rencontres, des tournages. Depuis cinq ans, elle accompagne également les artistes locaux dans leurs démarches et leurs arts ; le récent label « Val de Loire Cinéma Workshop » veut, en ce sens, favoriser l’émergence et l’installation de nouveaux talents en Centre-Val de Loire. Il regroupe désormais plusieurs dispositifs : le Contrat d’objectifs et de moyens (COM) mis en place par la Région en 2017, qui soutient l’audiovisuel ; mais aussi l’aide au développement de projets de films d’envergure internationale, dispositif de Ciclic ; l’appel à projets de court-métrages ; et plusieurs bourses (de la première œuvre, post-études animation).

« Penser au-delà de la crise »

Mais toutes ces aides aux parcours et aux rencontres artistiques ne suffisent pas en temps de pandémie mondiale : le monde du cinéma, et plus généralement de la culture, sont à l’arrêt. De nombreux intermittents ne travaillent plus, parfois depuis un an. « Nous sommes inquiets des arbitrages financiers qui pourraient être faits par rapport à la culture, exprime Cécile Lestrade, productrice et gérante de la société Alter Ego, à Orléans. Parler d’attractivité, c’est très bien, mais il faut que les moyens financiers suivent. C’est essentiel !  » Il faut dire que le secteur est contraint de toutes parts : l’agence Ciclic elle-même « cherche de nouveaux dispositifs financiers ». Car si « penser au-delà de la crise » est indispensable pour ne pas sombrer, le « besoin d’imaginaire », fortement demandée par la Région Centre-Val de Loire, se couple à un besoin, voire une vraie urgence financière pour le monde de la culture. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
La fête du tri sera bientôt de retour
Luc Nantier, Alain Liger et Emmanuelle Bezzywotin.
Yves de Rochefort par le bout du meunier
Agriculteur meunier à Saint-Hilaire-Saint-Mesmin, cet ex-commercial moud des farines bio...
Résonance Business se fait entendre
Réseau national d’entrepreneurs et d’entrepreneuses, Résonance Business a créé une...
Événements de la semaine
13
Mar
11
Mar
Saint-Jean-de-la-Ruelle Médiathèque Anna-Marly puis dans tous les quartiers de la ville
#
11
Mar
Orléans – Palais de Justice – 44, rue de la Bretonnerie
#
14
Oct
Orléans – Théâtre Gérard Philipe
à 15 h
11
Oct
Orléans – Salle de l’institut
à 10 h 45
ARTICLES RÉCENTS