|
|
Guillaume Marquès : Enfant de la balle
|
|
Guillaume Marquès : Enfant de la balle
Portrait

Guillaume Marquès : Enfant de la balle

Joueur, éducateur, entraîneur, directeur général… Présent au club depuis 2007, l’ancien ailier de Saint-Cyr a tout connu avec le CTHB, de la Nationale 3 à la D1 puis la Coupe d’Europe depuis deux saisons. Un joli parcours à l’image de celui du club mais aussi du hand féminin qui ne cesse de grandir dans le cœur du public…
Patrice Naour
2007 : 1er contrat d’entraîneur à temps plein avec le club.
2012 et 2015 : Naissance de ses enfants, « la plus belle chose qui me soit arrivée ».
2016 : Montée en 1re division, un souvenir et une aventure humaine extraordinaire.

On ne peut s’empêcher de faire le parallèle avec une autre figure du sport tourangeau, un enfant de la balle lui aussi mais de celle qu’il faut faire passer par-dessus le filet. Comme Pascal Foussard, directeur général du TVB, Guillaume Marquès est d’abord un homme de terrain, un joueur devenu éducateur, entraîneur puis directeur général depuis 2020. « J’ai commencé le hand à 12 ans à Saint-Cyr, j’ai fait toutes les catégories jusqu’à la Nationale 2, je ne suis jamais parti, j’ai eu quelques sollicitations à un moment mais je ne me voyais pas ailleurs, je suis attaché à ma Touraine, j’ai la chance de vivre de ma passion, pourquoi aller chercher ailleurs ? »

Surtout, le projet qu’on lui a proposé au début des années 2000 était emballant. « En 2005, à 26 ans, je me suis rompu le tendon d’Achille, raconte-t-il aujourd’hui. Je suis revenu en N2 mais ce n’était plus pareil. L’entraîneur Laurent Bezeau était parti, son successeur Dragan Mihailovic me faisait moins confiance alors que j’étais capitaine auparavant… » Alors, quand on lui propose de s’occuper de l’équipe féminine de Saint-Cyr en 2007, il accepte sans hésitation. « J’entraînais déjà les jeunes à Saint-Cyr, j’étais capitaine des équipes dans lesquelles je jouais, je réfléchissais sur le jeu, le management, tout ces aspects m’intéressaient. Et le projet était sympa, il y avait tout à bâtir, ça me plaisait bien, j’ai donc commencé avec un contrat aidé… »

La suite est une ascension continue vers le handball professionnel. À Chambray-lès-Tours puisque le club de Saint-Cyr décide de délocaliser son équipe féminine pour concentrer tous ses moyens sur le projet masculin qui vise la D1 à l’époque. Et c’est la Ville de Chambray qui mise sur le hand féminin et accueille l’équipe. « À l’époque, le hand féminin ne parlait pas à grand monde, se souvient Guillaume. Aujourd’hui, les choses ont changé. Et au-delà du parcours du club, on est aussi assez fier d’avoir mis le sport féminin en lumière, les filles sont de vraies athlètes qui s’entraînent dur, les gens voient un vrai spectacle sportif, il y a un véritable engouement autour de l’équipe, on en était loin à l’époque… »

« Trois montées en 3 ans ! »

À l’époque justement, revenons-y. Entre 2007 et 2010, l’équipe enchaîne trois montées d’affilée de la N3 à la D2. Preuve que le coach pas encore trentenaire sait y faire. L’année de la montée en D2 est aussi celle de la création du CTHB (Chambray Touraine Handball) proprement dit car il est temps de structurer le club pour le monde pro. Ce dont s’occupe aussi Guillaume en plus de son poste d’entraîneur. « Il fallait tout faire, l’ascension a été rapide mais nous n’étions pas structurés pour faire face à toutes ces tâches qu’impose le hand pro, j’étais déjà un peu DG tout en étant entraîneur… » D’autant plus que le club accède à la LFH, l’élite du hand féminin dès 2016 et que cela demande encore plus d’implication de la part de Guillaume qui commence à tirer la langue. Heureusement que sur le terrain les choses se passent bien puisque le CTHB se maintient haut la main pour sa première saison dans l’élite. 2016, année de la montée dans l’élite, marque aussi l’arrivée au club de l’enfant prodigue du hand en Touraine, Christophe Bouhours. L’ancien président du club de Saint-Cyr, qui connaît le prix du succès mais aussi de l’échec, est nommé manager général de l’équipe pro. Avec son ancien président à Saint-Cyr et son nouveau président au CTHB, Yves Guérin, autre dirigeant chevronné du sport tourangeau, Guillaume forme un tiercé gagnant qui va mener le Petit Poucet de Chambray vers le sommet du hand français avec ces deux qualifications européennes d’affilée les deux dernières saisons « Les gens ne s’en rendent pas forcément compte mais s’occuper d’un club qui progresse, c’est un boulot fou. Il faut structurer le commercial, la billetterie, l’accueil du public et des partenaires les soirs de matchs, le staff médical qui s’étoffe et il a aussi fallu créer un centre de formation… »

C’est pour cela qu’en décembre 2019, le trio prend la décision de recruter un coach pour soulager Guillaume qui va pouvoir se consacrer à sa tâche de DG. Cela lui convient : « On travaille au quotidien pour faire progresser le club sur le terrain mais aussi en dehors, et c’est le plus important. » Avant de conclure : « L’histoire n’est pas finie… » C’est tout ce qu’on souhaite au CTHB qui gagne chaque année en solidité et crédibilité. Comme son DG !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLES SIMILAIRES
La chaleur renouvelable, c’est gagnant-gagnant avec tours métropole val de loire !
Le prix des énergies fossiles flambe ! Et cette augmentation...
Ludovic Renard, Maraîcher tout-terrain !
Il devenu champion d’Europe de cyclo-cross catégorie « Masters » début novembre...
COSTA-GAVRAS SOUFFLE LES 50 BOUGIES DE LA CINÉMATHÈQUE
Du 25 au 28 novembre, la Cinémathèque de Tours reçoit le grand...
Événements de la semaine
8
Oct
Grand Théâtre
Ven. 8 oct. à 20 h
6
Oct
Vinci, Tours
Mer. 6 oct. à 20 h 30 
2
Oct
L’hôtel de ville de Tours.
2 et 3 oct. de 10 h à 18 h
1
Oct
Oésia, Notre-Dame-d’Oé
Ven. 1er à 18 h 30 et 20 h, sam. 2 à 11 h, 15 h et 17 
4
Juin
Chinon
DU 4  AU 6 JUIN
4
Juin
Grand Théâtre de Tours
Ven. 4 à 19 h, dim. 6 à 15 h, mar. 8 à 19 h
ARTICLES RÉCENTS