|
|
Freya Colin La patiente anglaise
Portrait

Freya Colin La patiente anglaise

La présidente d’honneur de l’association France Grande-Bretagne en Touraine s’est retrouvée sous les feux de l’actualité au moment du Brexit fin janvier. Un mot qu’elle refuse désormais de prononcer tant le divorce de son pays d’origine avec l’Europe l’a affectée. Heureusement, l’association qu’elle a présidée de 2002 à 2013 continue à œuvrer pour faire connaître l’Angleterre aux Tourangeaux à travers conférences et ateliers de langues. Une démarche encore plus nécessaire aujourd’hui que nos amis Anglais redeviendront bientôt, sauf ceux qui ont la double nationalité comme elle, des « étrangers » !
Patrice Naour

Tout commence par un coup de foudre dans les années 60 : celui d’une étudiante anglaise venue apprendre le français à l’Institut de Touraine pour un aviateur venu en formation de pilote de chasse sur la Base aérienne
de Tours…

L’histoire se prolonge par un mariage : rentrée dans son pays, la jeune anglaise finit ses études pour devenir prof de français et invite le jeune Frenchy à la rejoindre pour célébrer leur union de l’autre côté du Channel. Ils convolent en justes noces et s’envolent ensuite pour la France qu’elle parcourt au gré des mutations de son pilote de mari avant un nouvel atterrissage à Tours en 1986.

L’histoire se poursuit par un coup de foudre pour la Touraine. Freya Colin est devenue professeure d’anglais, au collège d’Esvres-sur-Indre puis à Polytech Tours. Son mari navigue entre Paris et la base aérienne de Tours pour le compte de l’Armée de l’Air. Le couple se pose définitivement à Tours et n’en bougera plus ! « Nous connaissions déjà un peu Tours puisque nous nous y étions rencontrés, mais comme nous arrivions de Salon-de-Provence, dans une belle région dans le sud de la France, on ne savait pas comment on allait s’adapter à la vie ici et puis, comme beaucoup de gens, on est tombé sous le charme, la vie en Touraine est très agréable… Quand la retraite est arrivée, nous sommes restés, notre vie est ici, on n’en repartira jamais… » explique-t-elle dans un français parfait où ne s’entend même plus une pointe d’accent anglais après plus de 30 ans passés en Touraine, la terre du français parlé sans accent…

« On a menti à mes compatriotes… »
L’histoire est aussi faite d’une rencontre en 1998 avec les époux Baraton qui animaient l’association France Grande-Bretagne en Touraine depuis des décennies. Au tournant du 21e siècle, il leur faut passer la main. En 2002, Freya Colin devient présidente de l’association qu’elle anime jusqu’en 2013. Elle en est toujours présidente d’honneur, mais c’est une présidence collégiale qui anime l’association depuis cette année (lire ci-contre).

L’histoire se conclut par un divorce : celui de son pays d’origine d’avec l’Europe, acté le 31 janvier dernier par l’entrée en vigueur du Brexit, « un mot que je ne prononcerai plus jamais, lâche-t-elle, toujours affectée par cette rupture entre ses deux patries. C’est une erreur fondamentale pour mon pays d’origine, et pour les Anglais qui vivent en Touraine, c’est une grande tristesse. Mais le vote a été organisé sur des mensonges, si on avait dit à mes compatriotes dans quelle situation ils se retrouveraient, ils n’auraient pas voté de la même façon, on leur a menti… »

Le 31 janvier, les Colin se sont retrouvés avec quelques couples d’amis franco-britanniques comme eux, « pour fêter les 47 ans de l’Union européenne qui s’achevaient sur ce mensonge ». Mais ce soir-là, les bulles de Touraine avaient un goût bien amer. Mais c’est bien connu, les histoires d’amour finissent mal en général. Sauf celle des Colin couple franco-britannique uni au-delà du divorce britannique d’avec l’Europe ! λ

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLES SIMILAIRES
LES TOURANGEAUX MOBILISÉS CONTRE LA RÉFORME DES RETRAITES !
11 600 selon la police, 15 000 selon les organisateurs…...
LE CHIFFRE DE LA SEMAINE
118 763 C’est le nombre record de visiteurs enregistrés par l’opération...
Marie-Laure Pochon : l’entrepreneur de succès qui a fait passer 3DISC de 2 à 15 millions de dollars de chiffre d’affaires en deux ans
À un âge où certains aspirent à une retraite bien...

Signaler un commentaire