|
|
Claude Grégoire Starway to heaven
|
|
Claude Grégoire Starway to heaven
Portrait

Claude Grégoire Starway to heaven

De Tours, la marque de vélos électriques Starway séduit bien au-delà des frontières de la Touraine. Dans l’esprit de son créateur, Claude Grégoire, ancien de chez Motobécane, l’innovation et la différence sont les clefs du succès. Autre ingrédient de la recette : une observation précise des pratiques, sur des routes parfois inattendues.
Florian Mons
1985, Création de Starway
2005, Lancement des études sur le vélo électrique, dépôt des brevets Starway
2020, 2 500 vélos vendus

Du BMX au vélo électrique via le VTT

Dans les années 90, les VTT supplantent les vélos cross. Starway négocie ce virage à sa façon. En participant à « Roue libre sur l’Afrique », un périple à vélo qui emmène des jeunes en réinsertion installer des pompes dans les villages, le concepteur bénéficie d’un retour d’expérience sur ses machines, qu’il peut ainsi parfaire. Un autre raid, vers Tchernobyl cette fois, contribuera lui aussi à l’amélioration des performances. Mais la Chine, hyper compétitive, ne laisse pas le choix à Claude Grégoire, qui vend sa société à une entreprise chinoise, tout en restant propriétaire de son nom. Vinrent enfin les vélos électriques. « Même si l’on y voyait pas très clair sur l’évolution du marché, j’ai été très tôt convaincu, à entendre un fabriquant chinois rencontré à Shanghai, que ces vélos allaient représenter, à terme, la moitié des ventes de cycles », confie-t-il.

Aussi, en 2005, après avoir travaillé à la conception de cycles pour de grandes enseignes de distribution, et alors que le hard discount bouleverse le marché au prix de la qualité, le concepteur se fait-il à nouveau entrepreneur. Claude Grégoire investit alors, par contrat, les installations de Polytech Tours. « J’ai pu utiliser les labos et, surtout, les bancs d’essai très performants qui, en général, coûtent une fortune, et j’ai pu aller plus loin », explique-t-il.

Ses leitmotivs : la différence et l’innovation. Là encore, c’est auprès de spécialistes qu’il étudie les besoins au plus près, en l’occurrence un centre de réadaptation cardio-vasculaire. « Il s’agissait de mettre au point un mode de régulation par assistance électrique qui permette de ne jamais exercer plus de 80 watts d’effort sur les pédales. » Starway démarre ses ventes en 2005 à Tours et ses environs. « On pouvait ainsi rapidement agir sur les éventuels dysfonctionnements », indique « Monsieur Starway ».

Distingués par Que choisir

Désormais, Starway propose quatre gammes de vélos, de l’ « Urban » au « Grand Touring », pour la ville, la balade et la rando, que le concepteur a voulu le plus facile d’usage possible, c’est-à-dire sans changement de vitesse, sans chaîne et interactifs. Des performances rendues possibles par les brevets déposés par l’entreprise. Assemblés dans des ESAT (Établissements d’aide par le travail) et distribués par 130 magasins accompagnés de près par sa société, ils ont convaincu les observateurs les plus tatillons. Les tests du magazine Que choisir ont consacré l’Urban 26 et le Touring 28 en les classant 1er et 2e de leurs essais. Autre signe de ce succès, « des loueurs de nos vélos ont vu revenir des clients qui souhaitaient les acheter. L’un d’entre eux a même doublé ses ventes d’une année sur l’autre », se réjouit Claude Grégoire.

À Tours, aux Deux-Lions, une douzaine de personnes phosphorent au sein du bureau d’études, en collaboration avec des entreprises locales, pour améliorer encore les vélos Starway, et animent un showroom. « Nous avons de nouveaux projets, comme un vélo entièrement automatique et géolocalisable », confie le concepteur, résolument confiant dans l’avenir. « Nous visons 200 distributeurs d’ici la fin de l’année, le marché croît rapidement et nous nous donnons comme objectif 2 % de ce marché… » Soit 20 000 vélos vendus à terme. Une ascension presque sans effort ! starway.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLES SIMILAIRES
Anaïs Lafon L’envie de châteaux
Châteaux de la Bourdaisière, de Chenonceau, de Montsoreau… La jeune...
Entrée gratuite dans les monuments du Département !
On ne le sait pas assez mais l’Indre-et-Loire est l’un...
La Touraine au diapason !
Si l’offre culturelle se concentre avant tout sur la métropole,...
Événements de la semaine
8
Oct
Grand Théâtre
Ven. 8 oct. à 20 h
6
Oct
Vinci, Tours
Mer. 6 oct. à 20 h 30 
2
Oct
L’hôtel de ville de Tours.
2 et 3 oct. de 10 h à 18 h
1
Oct
Oésia, Notre-Dame-d’Oé
Ven. 1er à 18 h 30 et 20 h, sam. 2 à 11 h, 15 h et 17 
4
Juin
Chinon
DU 4  AU 6 JUIN
4
Juin
Grand Théâtre de Tours
Ven. 4 à 19 h, dim. 6 à 15 h, mar. 8 à 19 h
ARTICLES RÉCENTS