|
|
Marie-Pierre Asquier, Avocate des métiers d’art
|
|
Marie-Pierre Asquier, Avocate des métiers d’art
Portrait

Marie-Pierre Asquier, Avocate des métiers d’art

Conservatrice-restauratrice puis experte agréée en céramique, Marie-Pierre Asquier œuvre inlassablement depuis trente ans pour pour la promotion des métiers d’art, parmi lesquels la céramique n’est qu’un. Ces métiers d’artisans-artistes, très nombreux en Touraine, constituent un véritable patrimoine de savoir-faire à préserver. Rencontre avec une passionnée engagée.
P.N.
1992 Installation de son atelier de conservation-restauration
2001 Prix départemental, régional et national des Métiers d’Art
2014-2016 Séjour en Chine pour deux ans : professeur à l’Université de Shanghai et de Qingdao

Parlez-lui de la terre de la Rouchouze, encore utilisée aujourd’hui, de la céramique de Langeais au 19e, des anciens ateliers de Saint-Pierre-des-Corps et de Sainte-Radegonde avant-guerre ou encore de Saint-Christophe-
sur-le-Nais, le berceau de la céramique tourangelle au 18e siècle, et vous voilà embarqué dans une passionnante odyssée, l’histoire au long cours de la céramique en Touraine. « Il y a une tradition de la céramique dans le département, même si elle n’apparaît pas sur la carte de France des sites de production de céramiques. Mais elle n’est pas assez connue ni reconnue aujourd’hui, la production n’ayant pas été aussi importante et aussi prestigieuse que dans d’autres régions », explique la quinqua qui a toujours œuvré dans la vallée de l’Indre, entre Veigné et Montbazon. Dès qu’elle en a l’occasion, elle s’efforce d’ailleurs de faire connaître cette histoire, comme ce fut le cas dernièrement à Paris lors du colloque «L’or et les couleurs dans la céramique française de 1730 à 1790» où elle a fait une conférence sur une statue produite à Saint-Christophe-
sur-le-Nais, l’un des rares vestiges connus de cette époque où la commune du nord du département était un centre de production important.

Depuis trente ans qu’elle œuvre, d’abord comme conservatrice-restauratrice puis en comme experte en céramiques, Marie-Pierre Asquier n’a jamais cessé de défendre « contre vents et marées » les métiers et artisans d’art dont elle fait partie depuis son installation en 1992.

Dès 2001, elle a été récompensée par le prix départemental, régional et national des Métiers d’Art avant de devenir en 2008 déléguée régionale de la SEMA (Société d’encouragement des métiers d’Art). En 2011, elle reçoit aussi un trophée « Femme de Touraine » pour son action en faveur de la reconnaissance et de la promotion des métiers d’Art en Touraine, avant de devenir, en 2013, vice-présidente de l’Institut National des Métiers d’Art (INMA). Une vie ou presque consacrée à la promotion des ces métiers si précieux dans notre histoire, si fragiles dans un monde high tech où la transmission est un… art difficile !

Un lieu permanent pour ces métiers

En 1992, son Master en conservation-restauration du patrimoine à la Sorbonne en poche, elle fait des stages de fin d’études au musée de la Manufacture nationale de céramique de Sèvres et au Victoria Albert Museum à Londres, deux institutions qui comptent, puis revient s’installer en Touraine où elle ouvre son atelier à Veigné en 1992. Durant les vingt-cinq années suivantes, elle ne cesse de restaurer les céramiques pour le compte des musées, des institutions, des particuliers comme des collectionneurs. Jusqu’en 2015 où sa vie bifurque vers l’est. « Les hasards de la vie ont fait que mon mari a été amené à aller travailler en Chine. Pour une professionnelle de la céramique comme moi, c’était une chance incroyable, je l’ai donc accompagné… »

Pendant deux ans, Marie-Pierre découvre un pays, une civilisation, une ville, Shanghai, mais aussi le berceau de la porcelaine où est né cet art millénaire au temps des empires florissants dans la cité de Jingdezhen. Elle peut également enseigner l’art de la restauration de la céramique à l’occidentale à l’université de Shanghai. Une parenthèse exaltante qui se referme fin 2016. De retour de Chine, elle ne reprend pas le chemin de l’atelier mais passe la certification pour devenir experte en céramiques. En parallèle à cette activité, elle continue à promouvoir les métiers d’art au sein de la Chambre de métiers et de l’artisanat d’Indre-et-Loire en présidant, notamment, le prix départemental Touraine Métiers d’Art qui récompense chaque année un ou une artisan d’art d’Indre-et-Loire. « Avant, nous avions une belle vitrine avec le salon L’Art au quotidien qui se tenait tous les ans au Vinci, mais il a été supprimé », déplore-t-elle. « Il faudrait vraiment trouver un lieu permanent pour valoriser tous ces métiers, ces savoir-faire uniques qu’il faut préserver et perpétuer, je vais m’investir pour trouver un tel lieu, dans Tours si possible, pour que ces artisans de grand talent soient mis en valeur… » conclut cette infatigable avocate des métiers d’art, plus déterminée que jamais à faire partager sa passion au plus grand nombre.

2 réponses

  1. Bonjour et merci de partager cette passion pour la céramique .Etant collectionneur et passionné comme vous je me permets de vous inviter s’il vous arrive de passer aux Sables d’Olonne afin de vous montrer
     » quelques céramiques « . Je suis membre de la FNEPSA .Je n »ai malheureusement pas pu etre à notre AG dernièrement ; bien à vous Patrick GOURVES

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLES SIMILAIRES
Ecstatic Danse, événement libérateur !
Un moment atypique, ce vendredi, dans la métropole.
3 936
C’est le nombre de naissances de petites Tourangelles et petits...
Le Clin d’oeil
Événements de la semaine
8
Oct
Grand Théâtre
Ven. 8 oct. à 20 h
6
Oct
Vinci, Tours
Mer. 6 oct. à 20 h 30 
2
Oct
L’hôtel de ville de Tours.
2 et 3 oct. de 10 h à 18 h
1
Oct
Oésia, Notre-Dame-d’Oé
Ven. 1er à 18 h 30 et 20 h, sam. 2 à 11 h, 15 h et 17 
4
Juin
Chinon
DU 4  AU 6 JUIN
4
Juin
Grand Théâtre de Tours
Ven. 4 à 19 h, dim. 6 à 15 h, mar. 8 à 19 h
ARTICLES RÉCENTS